6 mars 2012

Entrevue exclusive avec le grand Richard Desjardins

C’est un homme visiblement heureux et très en forme qui m’a rejoint au lendemain du début des répétitions pour son tout nouveau spectacle qui partira en tournée dans quelques semaines.  Rempli d’une énergie débordante que lui apporte le plaisir de monter son spectacle – un enfant un jour de fête !  – Desjardins est communicatif, rieur, s’amuse, rayonne et c’est un souffle chaud dans la bise glaciale qui fouette pourtant le matin avec furie.  Nous aurions pu parler de L’existoire, son dernier album sorti il y a un an, certifié or peu après, vendu à plus de 50 000 exemplaires. Mais comme l’album a déjà fait couler beaucoup d’encre positive, souvent dithyrambique, j’ai plutôt voulu profiter de ‘’l’heureuseté’’ du moment qui animait l’artiste.

RJC : Qu’est-ce que cela représente comme travail de monter ce show, de partir de l’album pour arriver au spectacle ?

RD : D’abord, il nous faut synthétiser.  Sur l’album, il y avait quinze musiciens, alors que nous serons six sur scène.  Il faut refaire l’orchestration.  Les musiciens qui m’accompagnent sont expérimentés, multi instrumentistes et généreux. (Mélanie Auclair au violoncelle,  Tom Gauthier au violon,  Jean-Denis Levasseur aux multi-vents, Karl Surprenant à la basse et Claude Fradette à la guitare). Ils sont arrivés hier avec leurs propositions : c’est un bonheur !   Cela va prendre un mois, en deux ‘’shots’’. Les premiers dix jours, on travaille une ou deux chansons chaque journée à partir des idées, de la créativité de tout le monde.  C’est beaucoup de choix à faire.  Leur contribution est précieuse. 

RJC : Comment se vit cette partie de la démarche.  C’est difficile ?

RC : Non, c’est onctueux !  C’est étrange comme mot peut-être, mais c’est ce qui s’approche le plus de  ce que je ressens : un plaisir onctueux d’entendre toutes les travailles et les propositions, de faire les mélanges ! (rires).  Ensuite on prend quelques jours pour analyser ce qui a été fait, chacun de son côté, puis on se retrouve durant trois ou quatre jours pour finaliser le tout.  Ça, c’est pour la partie du son.  Plus tard, il y aura tout le travail avec l’éclairagiste, le sonorisateur et pour la mise en scène et les déplacements.

RJC : Tout cela vous rapproche de la première du prochain spectacle…

RD : Oui et c’est excitant au ‘’boutte’’ !  J’ai vraiment hâte à toutes ces rencontres.  Nous ferons une cinquantaine de shows, c’est une bonne tournée ! L’album L’existoire représente environ la moitié du spectacle.  L’autre partie est composée de chansons jamais orchestrées pour le public auparavant.  Par exemple : On m’a oublié, L’homme canon et Boum Boum.  Il y aura aussi de nouvelles chansons.  Je viens d’en terminer une, Love light, un genre de road story sur un poème de Michel X Côté, un ami depuis longtemps.  Il y a des lignes tellement bonnes !  ‘’On a rien à vendre, tout à donner’’ ou encore ‘’T’es descendue du ciel et moi je remonte en enfer’’. Je l’aime vraiment celle-là !

RJC : Sur l’album, on se promène dans plusieurs styles musicaux, du très doux à la chanson dite colonne.  En spectacle, qu’est-ce qui se dégagera ? 

RD : Ce sera très différent de Abbittibbi ou de Kanasuta.  C’est vrai qu’il y a différents rythmes sur l’album, mais dans l’ensemble, je recherche une fréquence basse, assez douce, une musicalité intimiste.

RJC : Finalement, avez-vous établi la définition du mot Existoire ?

RD : Non, pas encore ! (rires)  Je devrais peut-être le demander au public ?  Tiens, c’est une idée ça ! 

Heureux et enthousiaste comme Desjardins semble l’être, il y aura du bonheur à partager le 22 mars au Théâtre des Deux Rives.  Et aiguisez vos plumes et votre répartie, juste au cas où il vous poserait la question!

Article de Renée-Johanne Campeau

Richard Desjardins sera en spectacle le 22 mars 2012 au Théâtre des Deux Rives

Concours Richard Desjardins

À propos de Entracte

Entrevues et chroniques provenant du magazine L'Entracte! édité par l'équipe de la SPEC du Haut-Richelieu
Cette entrée a été publiée dans L'Entracte!, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.
3

3 réponses à Entrevue exclusive avec le grand Richard Desjardins

  1. Manon Grégoire dit :

    J’ai fais un rire comme RD moi aussi quand j’ai constaté que ce mot n’existe pas dans le dictionnaire(rire) mais je trouve qu’il colle bien à la peau de RD car comme il est un enfant un jour de fête ! – Desjardins est communicatif, rieur, s’amuse, rayonne et c’est un souffle chaud dans la bise glaciale qui fouette pourtant le matin avec furie et qu’(il existe toujours une histoire pour RD à nous raconter), c’est simple fallait y penser, ça c’est la meilleure définition pour moi de “existoire”; et comme moi je fais partie depuis ma plus tendre enfance des personnes comme Joannie dans SA, ça fais de moi une personne qui peut appréciée vraiment une autre personne qu’avec un contact humain seulement, et aussi il y a le titre d’une nouvelle chanson que j’aimerais entendre de près et qui attire ma curiosité, c’est “t’es descendue du ciel et moi je remonte en enfer” ça me touche profondément ce titre, car je dois avouer qu’aujourd’hui je vis comme la chanson “on m’a oublié” on dirais que ça décris ma vie ces titres. J’aimerais bien le voir se RD en personne pour me raconter…, Merci pour qui vous êtes et au plaisir de vous serrer le coeur de mon sourire!
    Manon

  2. Huguette Duval dit :

    L’existoire c’est la contraction de existence et histoire. L’histoire c’est la GRANDE histoire , celle qui s’étend sur des milliers d’années. L’existence c’est cette partie du temps qui est la nôtre individuellement. Les deux s’entrelacent, se nouent, se chevauchent. C’est l’existoire…

  3. Denis dit :

    C’est l’histoire de nos existences…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *