30 avril 2012

Lettre aux spectateurs de David Jalbert – En exclusivité!

 

David JalbertDepuis ma tendre enfance, je berçais le rêve de faire le métier de chanteur. Plus jeune, étant inspiré du texte de la chanson interprétée par Mario Pelchat «Je suis un chanteur», j’ai confié à mes parents que j’allais faire ce métier coûte que coûte. Ce n’était pas seulement l’amour de la musique qui me disait d’aller vers ce boulot, mais aussi la sensibilité et ma différence d’avec les autres élèves.

Comme je dis souvent quand les gens me demandent ce qu’il faut faire pour réussir dans ce travail, je réponds que ça prend les bonnes blessures. Chaque larme que j’ai versée sur les bancs d’école m’a donné le goût d’aller plus loin et de revenir par la grande porte et j’ai compris très jeune que c’était souvent le parcours qu’empruntent les grands artistes. L’incompréhension fut un sentiment qui m’a nourri presque toute ma vie.

Dieu merci, j’ai la chance d’avoir une famille extraordinaire, deux sœurs et des parents très unis comme on dit «on est tissé serré ».  Mon père m’a enseigné la guitare alors que j’avais 15 ans. Alors que j’étais complètement désintéressé par son style de musique francophone, il s’est mis à apprendre les chansons de « Green Day » pour me convaincre de jouer avec lui. Ensuite, j’ai fondé un groupe punk rock avec un ami d’enfance, Éric Brisson, et nous avons commencé à faire des spectacles un peu partout dans la région de Lanaudière, si bien qu’à 16 ans nous avions le groupe le plus populaire de notre patelin et les gens nous demandaient des autographes à l’école. C’est seulement durant ses deux, trois années que je me suis pris au sérieux, ensuite je suis revenu sur terre.

À 20 ans, j’ai quitté le groupe rock pour prioriser les textes et faire un style de musique plus calme, plus chansonnier. Seul ennui, à la même période, je suis également tombé en amour avec la femme de ma vie, avec qui je suis maintenant marié depuis 10 ans et avec qui je partage la joie d’être parent de trois petits trésors. Alors, j’ai cessé la musique pendant quatre longues années, n’étant plus certain de vouloir faire ce métier-là avec une famille. J’ai donc mis mon rêve sur la glace, mais en 2004 je ne pouvais plus faire semblant d’être autre chose qu’un auteur, compositeur et interprète, ça faisait déjà trop longtemps que je marchais sur les traces dans mon père et que je travaillais au sein de l’entreprise familiale.

J’ai finalement décidé de reconquérir le poste de chanteur que j’avais laissé vacant, je me suis inscrit à tous les concours imaginables que j’ai trouvés, et je ne m’y suis pas trop mal positionné. J’ai gagné et perdu, mais j’ai surtout appris à ne pas lâcher et à m’entourer des bonnes personnes. Aujourd’hui, je gagne ma vie grâce à un rêve qui m’habitait depuis l’âge de huit ans.

Je ne peux prendre tout le crédit, j’accomplis ceci avec une grande équipe, un public extraordinaire et surtout, on m’a souvent dit que derrière chaque grand homme, se cache une grande femme, je ne sais pas si je deviendrai un grand homme, mais j’ai trouvé la grande femme. Merci !

En spectacle le 4 mai 2012 au Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean

 

À propos de David Jalbert

David Jalbert est auteur-compositeur interprète.
Cette entrée a été publiée dans Lettre aux spectateurs, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *