7 février 2011

L’unique André Gagnon

’’ Bonjour J…..! , Je te téléphone pour avoir la recette de …. ‘’

Au cours de la conversation J… me dit que le pianiste monsieur Alain Lefèvre, après avoir travaillé à faire connaître monsieur André Matthieu, a décidé de mettre son expérience, son talent, sa volonté et son cœur au service du pianiste monsieur François Dompierre afin de faire connaître ce grand musicien de chez nous.

Je réponds à J…. que je suis allée entendre le pianiste monsieur André Gagnon le 22 janvier après-midi au Théâtre des Deux Rives. Avant le spectacle, il y avait une rencontre avec monsieur Michel Marmen annimateur de radio qui nous parlait de la carrière de cet artiste. La veille, ayant lu le livre de madame Lucie Rauzon (Libre Expression 1978) dont le titre est André Gagnon, je retrouvais logiquement le même homme, mais lire donne une sensation bien différente.  

Quelle vie d’artiste! Dès son bas âge, il pianotait. Au cours du concert, il nous parlait de la place qu’occupe la musique dans sa vie. Rappelant bien des souvenirs aux personnes dans la salle à l’époque où les gens, rassemblés autour du piano familial, se réunissaient pour chanter et jouer de la musique. Nostalgie d’un passé qui ne peut s’oublier à cause de sa simplicité si différente de notre monde compliqué. 

Je vous assure qu’il ne sait pas assis sur son talent : on dirait qu’il a vécu deux vies dans une. Il rendra hommage à monsieur Claude Léveillée par une composition qu’il clôt sur une touche musicale de son ami. Il y aura également des photos de ce dernier. Piaf dira :’’ Vous êtes chanceux, les chansonniers québécois d’avoir un tel accompagnateur en la personne de monsieur André Gagnon.’’ Il a assurément donné des notes de noblesse au monde de la chanson québecoise d’une autre époque celle des Boîtes à chansons. Pourquoi n’y aurait-t-il pas une salle à pianos? Elle pourrait être dans notre salle du Théâtre des Deux Rives et être fréquentée par les amoureux du piano. Tant qu’à laisser aller l’imagination, elle pourrait porter le nom d’ANDRÉ GAGNON.

Au cours de son spectacle, il interprètera des pièces de ses quatre disques qu’il a enregistré à Londres au pays des Beatles. Il a dit avoir joué à Prague, je suis devant des images de la ville de Prague. Ville musée à ciel ouvert, c’est beau partout et des concerts à tout instant.

Au cours du spectacle, il sera question de son travail sur les arrangements musicaux du film Cinéma Paradiso. Au Japon, l’enregistrement Neige le fait connaître aux japonais. Sur la scène avec monsieur André Gagnon, un jeune talentueux violiste…… et des musiciens ( 7 ) furent ovationnés et répondirent par des rappels.

L’après-spectacle, animé tout comme en première partie par madame Caroline Lavoie, était émouvant. Plusieurs personnes avaient entendues monsieur Gagnon en 1976 et croyaient qu’elles ne le reverraient jamais. Il n’a pas fait de scène québécoise depuis plus de 10 ans mais son retour est prometteur et je lui souhaite santé et longue vie pour à nouveau fasciner son public. Ces 15 minutes d’émotions furent très appréciées des nombreuses personnes présentes.

On peut dire qu’il est tout un ambassadeur pour le Québec.

Son retour fut fort apprécié et nous avons hâte au prochain spectacle.

P.S.Les disquaires lui demandent des disques, les libraires des livres et j’espère que le 25 janvier 2012, il pourra nous dire qu’il viendra jouer dans la salle qui porte son nom.

 «J…. J’ai réussi ma recette, je t’assure que c’est un bon effort, c’est de l’art culinaire.! » 

 Pierrette Boudreau

À propos de Pierrette Boudreau

L’ intérêt que je porte aux loisirs remonte au temps où je m’occupais de l’Association des Loisirs Saint-Gérard inc. Je suis passée de la patinoire aux arts. Tous les arts m’intéressent cinéma, littérature, théâtre, musique, visites de musées,visites culturelles et finalement spectacles divers. Abonnée au Soirées théâtrales Distributel et Maestria depuis quelques années. J’aime apporter des commentaires sur les spectacles que je vois, me permettant de m’impliquer en me donnant un sentiment d’appartenance.
Cette entrée a été publiée dans Reporter-Spectateur, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *