4 mai 2011

Amour. Haine. Rejet.

Le 29 avril, la magie de la télévision me fit voyager en Angleterre à l’occasion du mariage royal de Kate et du Prince William. La créativité des chapeaux que portaient les femmes me fascinait. Le soir de cette même journée, c’est la pièce de théâtre : Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-Anges qui me fit vivre bien des émotions, texte bien québécois de Michel Tremblay, mise en scène du prolifique Serge Denoncourt.

L’histoire se déroule dans les années 1940. Des images sur fond de scène nous projettent bien dans les années d’un Québec fermé sur lui-même. L’action se déroule dans une école et la cour de récréation donne aux dix comédiennes et au seul comédien un immense terrain de jeu. La clôture délimite bien les terrains partagés par les uns et les autres, les directions d’école, les enseignantes, les étudiantes et les parents. Des sentiments universels d’amour, haine et rejet sont exprimés par cette talentueuse Thérèse et Pierrette et d’autres jeunes qui nous prouvent que la relève est bien présente.

Qui parmi le public n’a pas connu ses chicanes d’enfant? Chez nous, elles étaient spectaculaires, nous fournissions la cabane et M… les meubles. Lorsque la chicane prenait M… quittait avec ses meubles pour revenir lorsque l’amitié était au beau fixe, que de souvenirs et le public à chacun les siens.

Au Québec, l’instruction fut obligatoire à partir de 1943. On ne s’étonnera pas qu’en 1960, les personnes qui avaient une 6e année étaient considérées comme instruites. Que de chemin parcouru en peu de temps! Les familles étaient nombreuses et les femmes travaillaient pour que leurs garçons soient instruits afin qu’ils aient une vie meilleure que leurs parents, oubliant que c’est la terre qui nourrit. Ironie du sort, les filles ont fini par être instruites et ne plus vouloir d’enfant.

Le Québec d’aujourd’hui et de demain doit faire appel à l’immigration. La question repose dans sa façon de gérer les sentiments d’amour, de haine et de rejet.

L’animation en fin de spectacle était assurée par madame Caroline Lavoie. Une grande partie de la distribution était présente :Josée Beaulieu, Catherine de Léanet, Isabelle Drainville, Muriel Dutil, Sébastien Huberdeau, Lynda Johnson, Danielle Lépine Pierrette Boudreau, Manon Lussier, Marie-Ève Milot, Sylvianne Rivest-Beauséjour et Geneviève Schimdt.

À propos de Pierrette Boudreau

L’ intérêt que je porte aux loisirs remonte au temps où je m’occupais de l’Association des Loisirs Saint-Gérard inc. Je suis passée de la patinoire aux arts. Tous les arts m’intéressent cinéma, littérature, théâtre, musique, visites de musées,visites culturelles et finalement spectacles divers. Abonnée au Soirées théâtrales Distributel et Maestria depuis quelques années. J’aime apporter des commentaires sur les spectacles que je vois, me permettant de m’impliquer en me donnant un sentiment d’appartenance.
Cette entrée a été publiée dans Reporter-Spectateur, Spectacle, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *