19 mai 2011

Tremblay vous avez dit Tremblay!

J’ai eu, il y a un peu plus de deux semaines déjà, mon baptême de Michel Tremblay au théâtre. Oui parce que j’en avais lu, j’en avais joué mais, je n’en avais jamais vu! Quel bonheur!

Sachez que je ne tente pas ici d’encenser quoi que ce soit par convenance. Au contraire, avant d’assister à une pièce de cet auteur on est rempli de doutes et de réticences; on a peur du joual et de la petite misère québécoise. Je n’étais pas si tant un public facile bon!

Mais, j’ai tellement aimé ça! Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-Anges est une pièce drôle et intense, amusante et poignante, c’est un petit bijou. Le ton de cette adaptation signée Serge Denoncourt était léger et sobre ce qui laissait une grande place à l’ambiance et au jeu des comédiens. Quelle distribution d’ailleurs! Catherine De Léan qui interprète Thérèse est adorable (et détestable par moment, mais ô combien attachante.) Elle a su trouver les gestes pour caractériser cette fillette d’à peine 11 ans sans pour autant laisser paraître l’adulte derrière le jeu. En fait, les 4 actrices qui interprétaient les jeunes filles étaient très talentueuses! J’ai beaucoup apprécié la couleur donnée à chacun des personnages. Il ne faudrait pas passer sous silence la performance de Sébastien Huberdeau qui personnalisait cet homme follement attiré par Thérèse… Au moment où Maxime Roussy, auteur jeunesse, est accusé d’agressions sexuelles sur une mineure, les propos du personnage de Gérard Bleau étaient entendus avec intérêt. Je les ai trouvé pertinents…

Autrement dit, cette pièce tirée des Chroniques du Plateau est d’une actualité désarmante. Même s’il n’est plus question de Sœurs et de couvent, il n’en reste pas moins qu’on doit toujours se battre pour offrir une meilleure vie à nos enfants et une confiance en soi qui leur servira toujours. Une magnifique tirade a d’ailleurs été applaudie lorsque le personnage de la mère de Simone vomit sa hargne sur la méchante Mère Benoîte des Anges. Le public sentait le besoin d’approuver ce discours vrai et profond. Le texte complet m’a paru important encore maintenant : « Laissez faire mon avenir, c’est aujourd’hui qui m’intéresse! » de dire Thérèse.

J’ai tellement aimé ce que j’ai vu au Théâtre des Deux Rives ce samedi-là! Je me suis même ennuyée des personnages durant deux jours.

Je m’en voudrais toutefois de ne faire aucun retour sur un autre spectacle vu plus tôt en avril : Burletta. (Spectacle auquel je vous avais convié précédemment d’ailleurs.) Et bien si vous avez accepté mon invitation, vous avez sans doute passé un clownesque après-midi avec vos tous petits. Les 5 clowns étaient dynamiques et ils nous ont offert des performances humoristiques savoureuses. Les enfants près de moi se sont souvent esclaffés et ils se sont aussi attachés aux personnages. Il est toujours sympathique d’entendre : « Toi c’était lequel ton préféré? » Parmi les spectacles jeunesse que j’ai vu, s’en était un qui vaut la peine d’être vu et revu. J’ai déjà illustré mon amour du cirque et de l’animation ambulante et bien, je récidive en vous invitant à découvrir Montréal Complètement cirque! du 7 au 24 juillet.

C’est l’été qui arrive à grands pas et bien que Saint-Jean soit submergé ces jours-ci, il y a tout de même plusieurs spectacles en plein-air à l’horaire. Visiter le site de Rues Principales pour découvrir cette programmation .

Je vous laisse en vous disant : hourra! Misstress Barbara sort un nouvel album, tout comme Socalled, deux artistes de chez nous doués et différents. Découvrez-les, ils vont de pair avec le soleil.

httpv://www.youtube.com/watch?v=DOlSnWXZnGs

httpv://www.youtube.com/watch?v=WRrPCvBXnkk

http://www.misstressbarbara.com/

À propos de Fannie Carpentier

Je suis Fannie Carpentier alias Fan finie (et oui, j'ose le presque-jeu-de-mot). Je suis une spectatrice pas très critique mais dynamique, ludique, dévouée et impliquée!?! Je suis ouverte et ô combien intéressée aux nouveautés! D'Aznavour à Pawa up first, de Dave St-Pierre à Jabbawockeez, de Marc Béland à Zoey Deschanels, d'Annie Brocoli à Dynamo Théâtre, je suis fan. Les artistes méritent toutes les vitrines offertes et, il me fera plaisir ici d'être la lumière qui les met en valeur...
Cette entrée a été publiée dans Reporter-Spectateur, Spectacle. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.
3

3 réponses à Tremblay vous avez dit Tremblay!

  1. Assez déplacée, votre allusion à Maxime Roussy, si tant est que vous insinuez une attirance pédophile chez le personnage de Bleau. Pertinents, dites-vous ? Sans doute en regard de la pièce et de la pédophilie en général. Pour ce qui est de Roussy, qu’en savez-vous ? Êtes-vous enquêteuse à la SQ ? Disposez-vous d’une boule de cristal qui vous a permis de voir le soi-disant monstre à l’oeuvre ? Non ? Moi, non plus. Le procès de Roussy aura lieu en juin prochain. Si vous laissiez la Justice faire son travail, avant de tirer les conclusions à sa place ? La présomption d’innocence, entendu parler ? Si votre fils, votre conjoint ou un proche parent en qui vous avez confiance était ainsi accusé, aimeriez-vous qu’un chroniqueur ou un journaliste se livre à des insinuations gratuites comme celles aux quelles Sophie Durocher ou Chantal Jean se sont livrées ? Afin de méditer la question, je vous propose ma chronique sur le sujet. Salutations.
    http://olivierkaestle.blogspot.com/2011/04/maxime-roussy-je-ne-sais-pas-et-vous.html

    • Fannie Carpentier dit :

      Bonsoir à vous! Je tiens d’abord à m’excuser de vous avoir offensé. C’était sans doute maladroit d’écrire cette phrase puisqu’au fond, je ne voulais qu’appuyer le fait que les propos de Tremblay sont encore, à ce jour, d’actualité. L’intérêt que j’ai porté au discours de ce personnage troublé par son attirance, qui d’ailleurs ne le condamne pas au titre de pédophile ou d’agresseur mais plutôt à celui d’un homme en lutte contre des désirs auxquels son jugement ne permet aucune liberté, était stimulé par les réflexions que me soulevaient les accusations portées contre Monsieur Roussy. Il est normal, je trouve, de réfléchir sur le sujet et je n’ai pourtant pas pris de partie dans cette histoire. Je ne suis pas enquêteur de la SQ ni cartomancienne et ne tend pas à le devenir non plus… J’aurais sans doute mieux fait d’utiliser le nom de Guy Cloutier. Simplement pour éviter qu’il y ait confusion sur ma pensée. Je travaille dans le milieu du spectacle et j’adore partager mes impressions sur ce qu’offre les arts. Je me vautre confortablement dans l’écriture ludique. Loin de moi l’idée d’accuser une personne toujours présumée innoncente et même de discourir sur la pédophilie. Veuillez accepter donc cette humble réponse et j’espère malgré tout avoir transmis l’envie d’aller au théâtre savourer une pièce de Michel Tremblay.

  2. Voilà une réponse très honnête et qui vous fait honneur. En effet, Guy Cloutier aurait été un meilleur choix, mais je n’en ferai pas un opéra en 20 tableaux. Je vous suis reconnaissant d’avoir corrigé le tir et, oui, votre compte rendu donne le goût de replonger dans l’univers de Tremblay. Merci de réveiller cet intérêt qui me ramène à mes études littéraires qui datent un peu, je dois dire. Salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *